Quel est le salaire moyen d’un entrepreneur ?

L’entrepreneuriat, cette vocation qui fait briller les yeux de ceux qui aspirent à l’autonomie professionnelle et aux rêves de grandeur, est une aventure semée d’incertitudes et de défis. La grande question qui taraude souvent l’esprit des aspirants et des actifs entrepreneurs tourne autour de la rémunération : après tout, quel salaire peut-on espérer en se lançant dans cette quête de liberté économique ? Si vous cherchez à percer le mystère des revenus de ceux qui ont osé franchir le pas, vous êtes au bon endroit.

Le régime de l’auto et micro entrepreneur

Le régime de l’auto entrepreneur et micro entrepreneur a largement contribué à démocratiser l’entrepreneuriat en France. Il offre un cadre simplifié pour ceux qui souhaitent démarrer une activité avec peu de risques et de formalités administratives. Mais quel est le revenu de ceux qui optent pour cette forme juridique ?

Les auto entrepreneurs et micro entrepreneurs paient des cotisations sociales en fonction de leur chiffre d’affaires. Cela signifie que leur rémunération n’est pas un salaire fixe, mais plutôt un bénéfice après déduction des charges et des frais liés à leur activité. En 2023, le plafond du chiffre d’affaires pour ce régime est fixé à 72 600 euros pour les services et 176 200 euros pour le commerce.

Pour en savoir plus sur les entrepreneurs et comment ils gèrent leur rémunération, n’hésitez pas à approfondir le sujet en cliquant ici.

Le salaire d’un entrepreneur individuel

Hors du cadre de l’auto entrepreneur, les entrepreneurs individuels et dirigeants de société se versent généralement une rémunération sous forme de salaire, d’indemnités de gérance ou de dividendes. Le calcul de cette rémunération prend en compte divers facteurs : le secteur d’activité, la taille de l’entreprise, l’emploi créé et les bénéfices générés.

En France, les salaires des entrepreneurs individuels peuvent varier de manière significative. Par exemple, un jeune entrepreneur à la tête d’une petite startup peut vivre avec un revenu modeste de quelques milliers d’euros par mois alors qu’un entrepreneur expérimenté à la tête d’une entreprise prospère peut percevoir plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois.

De plus, les gerants majoritaires de SARL ou les dirigeants d’EURL peuvent choisir de se rémunérer à travers des dividendes, ce qui leur permet de bénéficier d’un régime fiscal plus avantageux. Cependant, ils doivent aussi faire face aux cotisations sociales sur la partie salaire qu’ils se versent.